Notre grand voyage en Asie...

C'est la fin .

01:24 , 1/07/2009, .. 19 commentaires .. Lien
Mots clefs :

Vous avez été très nombreux à suivre notre blog ... Plus de 13000 connexions, 45000 visites ! Merci à vous, ça fait vraiment chaud au coeur.
 
Nous avons passé la frontière, la dernière, hier soir. Nous voulions vous faire un petit bilan sur les pays visités et ce que nous avons pu y ressentir. Ben voilà, il ne vous reste plus qu'à lire ...
 
 
Code couleur : LUCIE, BASTIEN, ISABELLE, JEAN-MARC
 
PAYS AU MEILLEUR ACCUEIL :
 
L'Iran parce qu'ils nous donnaient des nans et du yaourt le matin
L'Iran et l'Ouzbekistan parce que les gens nous invitaient tous les jours à boire le thé ou à manger.
L'Iran et l'Ouzbékistan.
En Ouzbékistan nous avons été souvent accueillis par des familles d'origine Perse. L'hospitalité est une vraie valeur chez ce peuple.
L'Ouzbékistan, pour les multiples invitations notament dans cette ruelle de Samarcande ou nous avons "bivouaquer" 3 nuits. Chacun des riverains se faisait fort de nous inviter soit 6 repas midi et soir !
 
PAYS AUX PLUS BEAUX PAYSAGES :
 
Le Kirghiztan car il y a des grandes plaines, des chevaux sauvages et des yourtes.
L'Iran et le Kirghiztan pour les plaines et les montagnes. L'Oman pour le grand Canyon et les wadis.
Sans hésiter le Kirghizstan pour la beauté sauvage de ses paysages.
Suivi de près par les montagnes de l'ouest iranien.
Mais aussi la taïga russe aux 1000 couleurs d'automne, les rizières indiennes et les backwaters du Kérala (Inde).
Le Kirghizstan montagneux,
l'Oman pour ses canyons,
l'Inde du sud aux paysages complètement différents de ceux du nord où nous étions allés 10 ans auparavent,
mais surtout la Mongolie, pays non prévu au programme, où les paysages évoquent la liberté et l'immensité ...
 
PAYS AUX PLUS BEAUX MONUMENTS :
 
L'Ouzbékistan : à Samarcande pour les belles mosquées toutes bleues.
Les villes souterraines en Turquie parce que nous prenions des souterrains de 80cm. de haut et parce que nous nous éclairions avec nos lampes électriques et nous ne savions pas où ça allait nous mener.
L'Ouzbékistan et plus particulièrement Samarcande. 
Dans le même registre, Ispahan en Iran.
La splendide mosquée d'Abu Dhabi (EAU).
En N°1 l'Ouzbékistan pour les mosquées et médersa,
en N°2 l'Iran pour la ville d'Ispahan (qui serait peut-être passé en N°1 si on avait tourné dans l'autre sens ...),
en N°3 la Thaîlande pour ses temples et pagodes.
 
PAYS ON ON MANGE LE MIEUX :
 
La Chine, même si on mange que du riz, parce que le riz est bon et que j'aime bien manger avec des baguettes.
Dubaî pour les swarmas.
Les Emirats pour les shwarmas,
la Thaîlande pour la coco et tous les fruits exotiques,
l'Inde parceque c'est épicé et que j'aime ça.
La Chine où nous avons redécouvert la variété après la monotonie des plats d'Asie Centrale. Et en plus, ce n'est pas trop trop pimenté.
La Chine et le Laos (où bastien passair son temps aux cuisines des restaurants ..) la Thaîlande.
Je rajoute les "top" restos, l'un à Ouland Bator ( Mongolie) : le bistrot français et l'autre à Bungalore (Inde) : enfin de la viande et très très bonne !
 
MEILLEURS BIVOUACS :
 
Sianoukville (Cambodge) car nous étions sur la plage, on se baignait, on jouait au billard, on a fait du catamaran et des feux sur la plage.
Au lac Song Khöl (Kirghiztan) parce qu'il y avait le lac, des plaines, des yourtes, des nomades, des chevaux ....
Lacs Issy Khöl et Song Khöl au Kirghizstan : superbes !
Sianoukville (Cambodge) et Agonda (Inde) pour la farniente.
Les bivouacs mongols, loin de tout et dans le froid.
En ville : sous les Tours Pétronnas en plein Kuala Lumpur (Malaisie) C'était magique, lumineux, grandiose.
En nature, au bord du lac Song Khôl à 3000m. d'alt.. L'impression d'être au bout du monde ....
En Inde près de la Guesthouse de Jean-Mi pour la quiétude du lieu, la visite possible des éléphants, les retrouvailles avec les copains, tout cela était génial !
 
PAYS OU ON SE SENT LE MIEUX : (AMBIANCE)
 
La Thaîlande parce que c'est facile partout.
La Thaîlande et les Emirats.
Le Laos, roi de la quiétude et du sourire.
L'Iran s'il n'y avait pas ce poids de la police religieuse ...
Le Laos pour la simplicté, la quiétude, la joie de vivre de ses habitants.
 
PAYS LE PLUS FACILE :
 
La Thaîlande
L'Iran car les gens sont super sympas et le Laos aussi.
La Thaîlande, c'est l'Europe du bout du monde.
Sans hésitation, la Thaîlande : bonnes routes, intendance facile.
 
PAYS LE PLUS DIFFICILE :
 
L'Inde car c'est très sale et il y a du bruit partout.
Les 5000km de détour pour rentrer en Chine.
La Chine parce qu'avec son propre véhicule, on n'est absolument pas libre. Et puis il y avait une mauvaise ambiance avec nos co-équipiers, et puis le temps était pourri, et puis ...
L'Ouzbékistan pour la suspicion générale des autorités qui devaient délivrer les "régistrations",
l'Inde pour ses routes pourries et sa circulation dingue,
l'Oman pour sa chaleur écrasante.
 
MEILLEURS SOUVENIRS, PLUS GRANDES JOIES
 
La balade à Altyn Arachan (Kirg) car il ya avait de la neige et on allait au galop
Aller voir les poissons en Thaïlande
Regarder les tortues pondre et nager avec elles
Faire griller les shamallows avec David, Julie et Athos, dans les plaines et faire le feu avec des bouses
Faire du snorkelling au milieu des poissons multicolores (Thaï)
Les plages sous les cocotiers
La balade à cheval à Altyn Arachan
La balade à cheval à Altyn Arachan : l'immensité, la solitude, le sentiment d'éternité
La joie...et la fierté d'avoir traversé le Gobi (Mongolie) et atteind, malgré tout, la frontière chinoise
La tranquilité et la sérénité du premier village Lao où nous sommes restés 3 jours après la "course" et les tensions en Chine: enfin se retrouver tous les 4 !
Les soirées feu de camp avec David et Julie
Les enfants lao qui déposent des colliers de fleurs devant vous et s'enfuient en courant
L'émotion des adieux entre Bastien et un enfant lao (Giuseppe). Ils ont joué, ils ont ri, ils se sont compris. Ils ne parlaient pas la même langue, ils n'étaient pas du "même monde", et pourtant !
Voir mes enfants nager côte à côte avec les tortues
Tous les petits mots et les dessins des enfants que nous trouvions le soir dans notre lit pour nous dire comme ils étaient contents de ce voyage
A la sortie des cybercafés après avoir lu les nouvelles des uns et des autres
L'accolade familiale au passage de chaque frontière
Faire la route : désert de Gobi (Mong), Lac Song Köhl à 3000m (Kirg),
Voir le bonheur dans les yeux de ma femme et de mes enfants
Les soirées au bivouacs avec David et Julie après des heures de route...ou lors des retrouvailles après une période de voyage "chacun de son côté"
Poser le ccar à 10m de la mer à Sihanoukville après 6 mois de route
Le dernier coup de tampon à Chennaï (Inde) sur le carnet de passage en douane, pour, enfin, récupéreer JJ
La bonne bringue à Lijiang en Chine
Danser le rock avec mon fils dans le ccar avec le balai en guise de guitare 
 
 
PIRES SOUVENIRS
 
Avec Jean-Michel, nous étions allés à Hampi en train et sur le quai, un Mr saoul nous saoulait
Et la même histoire que Bastien ci- dessous:
En Serbie, papa est allé vider les WC dans les toilettes du parking, le Mr lui a dit que c'était gratuit, et après le Mr nous a demandé 5 euros, on ne voulait pas payer, alors le Mr a pris les clés de JJ et papa et lui ont commencé à se bagarrer, papa a fait semblant d'appeler la police. Pour finir, on lui a donné 1 euro, le Mr les a lancé dans le fossé, mais il nous a rendu les clés
Les shippings
"Faire l'école" à Bastien les jours "sans"
Les pannes d'ordinateur portable
La violence d'un paysan kirghize et celle d'un patron de station service serbe lors de bivouacs
L'absence de considération à notre égard des douaniers iraniens lors de notre arrivée à Bander Abas
 
MOMENTS LES PLUS RIGOLOS
 
En Chine, nous étions au restaurant, maman a demandé où étaient les toilettes, on lui a indiqué, et quand elle a ouvert la porte, les WC étaient tous alignés, sans mur et sans porte, et tout le monde bavardait en faisant pipi
Quand l'éléphant nous a souflé dessus avec sa trompe (Laos)
Avec David et Julie quand on dansait autour du feu comme des indiens en écoutant M
Quand papa s'est fait brûler les poils des oreillespar le coiffeur turque.
JMarc qui parle anglais et qui mime ce qu'il veut (surtout quand ce sont des oeufs...). Mais à la fin du voyage, il n'a presque plus besoin des mimes et c'est moins rigolo.
Notre soirée "masques à l'argile" avec David et Julie
La plongée nocturne avec masques et tubas au Cambodge au milieu des lucioles (plancton?) fluorescentes. On se serait crû en pleine guerre des étoiles !
Isa qui chasse le singe venu se ravitailler dans le ccar (Inde)
 
MOMENTS LES PLUS TRISTES
 
Le départ
Quand on partait de Lyon
Face à la misère des villes: Phnom Penh, Chennaï, Kayseri, Sofia...
Le départ
L'absence de considération porté aux femmes tout au long des pays traversés; avec des lauriers pour l'Oman, l'Iran et les Emirats.
 
DES REGRETS
 
Ne pas avoir pu passer du Kirghizstan en Chine et que ça a fait beaucoup de route en plus
Ne pas avoir emmené mon vélo
Ne pas avoir fait quelques randos sac au dos en laissant JJ quelques jours
Ne pas avoir mieux appris l'anglais à l'école et surtout ne pas l'avoir révisé avant de partir
Trop peu d'intimité avec mon épouse
Avoir pris du bide : pas assez de sport ? Trop de bières ? ou peut-être les ...
 
DES ENVIES
 
En commun pour Bastien et Lucie: Voir le bébé de David et Julie
Revoir la famille et les copains, parce que ça commence à manquer....mais, à la rentrée, repartir pour l'Amérique du Sud
Rencontrer la petite Colline
Faire du vélo avec notre papi
Recommencer un jour !...pas de panique maman, ce ne sera pas avant de longues années !
Faire partager notre voyage et donner l'envie à d'autres de partir
Poser sereinement les valises...
Reprendre le sport.
 
CE QUI NOUS A MANQUE
 
Mon vélo
La balançoire du jardin avec Ihmed (le petit fils des voisins)
Mon vélo car il y avait plein d'occasions et j'adore le vélo
Pas grand-chose...juste quelques moments en famille et avec les amis et un peu de papotage entre filles
Une belle journée de ski de rando (d'autant plus que cet hiver, les chutes de neiges ont été importantes...)
Ne pas être à côté de mon petit frère pour la naissance de sa fille Colline
Les fêtes avec la famille et les amis
 
LES REVELATIONS
 
On trouve des amis même s'ils ne parlent pas la même langue que nous. 
JMarc est d'un naturel pessimiste et il est toujours très impatient....Mais il n'y a qu'avec lui que j'aurai pû vivre ça !
L'hospitalité tient vraiment à peu de choses, mais elle est un vrai bonheur pour celui qui en bénéficie.
Ce voyage en Asie est possible !
Pas besoin d'un 4X4 pour vivre l'aventure. Aucun problème mécanique important même avec un moteur HDI réputé fragile.
Ma femme ne saura jamais lire une carte routière.
J'ai souvent pleuré et prié.(d'émotion...pas parce qu'Isa ne sait pas lire les cartes...)
Ma femme est exceptionnelle (sauf pour les cartes routières)
La simplicité est une richesse.
La maison était petite, mais le jardin immense...et ça nous suffisait pour être heureux.
 
 
REMERCIEMENTS
 
 
- Merci à nos parents qui se sont chargés de tout l'administratif laissé en France.
 
- Merci à Mme Aubry pour ses conseils éclairés et son assistance "en ligne" pour le programme de CE2.
 
- Merci à Emilie et Filipo qui ont fidèlement et si sérieusement rempli leur mission de webmasters.
 
- Merci aussi à vous tous qui nous avez suivis et encouragés par vos mails et commentaires sur le blog.
 
- Un clin d'oeil à tous les voyageurs:
*Voyageurs du passé: Sylvie et Bernard qui, il y a bien longtemps, ont planté chez nous la petite graine du voyage au long cours en famille. Et lesz Toqués qui nous ont devancés d'un an et nous ont confortés dans notre projet de voyage.
*Voyageurs du présent que nous avons rencontrés au cours de ce périple et avec qui nous avons échangé des tuyaux, des infos...et des bons repas : Valentin et Aki, l'équipage de la Tortue Sélène, la famille Roux, le duo de Chemins du Monde, Laurent et Amandine, les Chazel, Markus...
*Les voyageurs qui n'ont pas hésité à nous rejoindre pour partager un peu de notre voyage: Filipo en Inde et nos parents en Thaïlande pour les uns et en Turquie pour les autres.
*Les co-voyageurs : Julie et David, bien sûr, avec qui nous avons tant partagé et sans qui notre voyage n'aurait pas été le même.
 
- Et pour finir, nous voudrions envoyer un gros merci plein de gratitude et de reconnaissance à tous ceux qui nous ont accueillis un instant ou plusieurs jours : le papi russe, la famille de fermiers kazak, l'entrepreneur kazak, Alim et sa famille à Khiva (Ouzbek), Nadira à Samarcande (Ouzbek), Roberto et toute l'équipe de l'IFEAC à Tashkent (Ouzbek), Tamara et son mari (Kirg), Jean-Claude, son frère Morat et leurs familles au lac Song Kölh (Kirg), les moines du temple de Luang Prabang (Laos), Arnaud et Anahita (Laos), Le vieux gardien du temple chinois de Savannaketh (Laos), l'institeur lao, le directeur de l'hôtel de Phnom Penh (Camb), Anne et Jacques Collineau à Sihanoukville (Camb), Taweesak à Bangkok (Thaï),  Taj et Jo aurovilliens (Inde), Jean-Mi et Delphine à Bangalore (Inde), Pavel le restaurateur de Bombay, Les jeunes du wadi Tiwi (Oman), Mohammed le gardien de Pasargadae (Iran), Le gardien du parking d'Ispahan (Iran), Les 2 jeunes femmes d'Ispahan, les nomades des montagnes iraniennes, les pompiers de Khorram Abad (Iran), l'instituteur et son ami à Palangan (Iran), Ali et sa famille à Zakoh (Iran), le premier village kurde de Turquie....et tous ceux qui nous ont offert un pain, une noix de coco ou un sourire...
 
 
 
 

 




Joly Jumper fatigue

04:10 , 28/06/2009, Istanbul .. 4 commentaires .. Lien
Mots clefs :

 

26 juin 2009 :

 

Les tergiversations furent longues: devait-on rentrer par la route ou par voie maritime ?

           

Par la mer, deux possibilités se présentaient:

- Cesme (Turquie)- Ancône (Italie) : nous ne passions pas par Istanbul, mais une fois en Italie (après trois jours de mer) nous n'avions plus que 900 Km pour rejoindre la maison.

- Igoumenitsa (Grèce)- Venise (Italie) : Nous ''rations'' Istanbul; et, devant traverser toute la Grèce d'est en Ouest, nous ne gagnions pas beaucoup en Km.

 

Par voie terrestre, cela nous faisait encore 2 400 Km depuis Istanbul, mais avait l'avantage de nous permettre la visite de la célébrissime Byzance.

 

Finalement, c'est cette dernière solution que nous avons retenue.

 

A peine quittions nous Cesme, PLOC ! Un gros caillou vient finir sa course sur le pare-brise. Déjà fortement abîmé au Kirghizstan, nous espérons qu'il tiendra le coup jusque chez Mr Carglass...

Quelques tours de roues supplémentaires, et un vilain petit point rouge vient nous narguer sur le tableau de bord. Les freins arrière sont à bout. Impensable de faire 2400 Km ainsi, il faut trouver des garnitures de frein...

Encore quelques Km...Le paysage défile vraiment de plus en plus lentement...a 80 Km/h, Joly Jumper est tout essoufflé...Troisième mauvaise surprise: le turbo ne se met plus en route ! Oh la la ! Les derniers Km vont être difficiles!

Nous atteignons ainsi Istanbul, un peu depités.

L'éclat sur le pare-brise ne semble pas s'agrandir.

Un garage Citroën nous change rapidement les garnitures de frein. Mais pour le turbo, ils ne peuvent rien faire. Il faudra se ''traîner'' jusqu'a un garage français.

Soit! Mais il est grand temps de rentrer !

           

Nous traversons le Bosphore, quittant ainsi définitivement l'Asie.

 

 

Deux belles journées de découverte d'Istanbul. Ste Sophie, la Mosquée bleue, le magnifique palais du Topkapi, la citerne basilique, la balade en bateau sur le Bosphore...Les grands classiques, mais qui sont fort agréables.

 

           

Le soir, nous stationnons sur un parking en bordure de parc. Nous y rencontrons plus de camping caristes que nous n'en avons croisés en un an...et eux ont encore dans leurs provisions : du saucisson, des rillettes, du magret de canard...et du bon vin !

 

 

 

PS : Nous n'avons pas manqué de trinquer à la santé de la petite Lili. La fille de Julie et David est née !!!

 




Le roi est mort, vive le roi !

10:07 , 22/06/2009, .. 5 commentaires .. Lien
Mots clefs :

 

      Hier était une journée " mélancolie". Nous nous remémorions les bons moments du voyage et ressentions le petit pincement au cœur de la f?n. Nous aurons peut-être parfois d'une cellule d'accompagnement psychologique", ma?s notre escarcelle de belles ?mages, de merveilleuses rencontres, de bons moments est pleine, notre voyage c'est passé au mieux. Nous rentrons heureux, avec le sentiment d'avoir pleinement profité.
    Et puis nous avons envie de savoir ce que vous avez fait cette année, de voir comme les gones des uns et des autres ont grandi, de faire connaissance de la petite dernière, et puis surtout de vous voir.
   Alors non, nous ne sommes pas tristes de rentrer.
   " Le roi est mort, vive le roi ! "
   Avec quelle joie nous imaginons déjà les retrouvailles ! La famille, les amis, les copains, les voisins, les collègues ... peut-être pas le boulot,  faut pas exagérer ! et tous les bons moments a venir. Parce qu'il n'y a pas à dire : elle a du bon notre vie  " d'autrefois ". Un petit repas dominical en famille (on ne reniera pas notre plais?r face à une cote de bœuf - gratin dauphinois - mousse au chocolat ), un apéro avec les copains, une bonne soirée entre amis, ou un après-m?d? papotage avec les copines ...
Alors on roule et on rentre vers notre douce France, le cœur léger, car au bout de la route : c'est vous !




Une histoire de temps.

06:41 , 20/06/2009, Marmaris .. 11 commentaires .. Lien
Mots clefs :

"Autrefois"... nous dit Lucie. Mais de quoi nous parle t-elle ? De sa vie d'avant, quand on habitait a Irigny, qu'elle partait a l'école son cartable sur le dos,  qu'elle avait RDV avec les copines les mercredis a la gym, qu'elle attendait avec impatience le vendredi soir car c'était souvent une soirée pizza, quand elle dévorait les pâtes a la cancoillotte chez sa nounou, qu'elle tournait en rond en vélo sur la placette devant la maison, qu'elle grimpait a la corde pour rejoindre la cabane dans le cerisier et espionner les voisins en train de jouer aux boules...tout ce qui fait une vie d'un enfant de 7 ans.
"Ah ! Quand on était petit ..." lui répond Bastien.
Une seule année s
'est écoulée, mais nous pourrions, nous aussi, facilement dire " Jadis...".
Nous avons rencontr
é, vu, entendu, senti, gouté tellement de gens, de choses, de pays, de situations, tellement vécu intensément que cette année est passée aussi vite qu'un éclair, mais nous a laissé une impression d'infinie liberté.
Et puis, ces paroles de Michel Fugain  qui nous trottent dans la tête
       Même en courant, plus vite que le vent, plus vite que le temps,
       Même en volant, je n
'aurai pas le temps, pas le temps.
       De visiter, toute l'immensité d
'un si grand univers,
       Même en 100 ans, je n
'aurai pas le temps de tout faire.
       J
'ouvre tout grand mon cœur, j'aime de tout mes yeux,
       C
'est trop peu pour tant de peurs et tant de cœurs.
       Des milliers de jours, c
'est bien trop court, bien trop court...

Une année hors du commun s'achève
donc pour nous. Une année si riche en découvertes sur le monde dans lequel nous vivons, mais aussi sur nous même, que nous en sommes tout déboussolés..Peut être plus très "adaptés"...Pourvu qu'on ne se réadapte pas trop vite
!




he ho ... eh oh ... ?

11:04 , 19/06/2009, .. 1 commentaires .. Lien
Mots clefs :

Quelque part en Turquie : 

"Eh oh, vous nous voyez ? On rentre bientot en France !!! Plus que 2 pet?tes sema?nes !!! "

Meme pas pressé, est-ce b?en raisonable tout çà ...?




Réponse a la photo mystère.

10:49 , 19/06/2009, .. 0 commentaires .. Lien
Mots clefs :


Ces flammes sont le souffle d'un monstre appelé Chimère. Zeus l'enterra vivant sous l'Etna transformant le mont en volcan.
Ou, s? pour vous les récits antiques ne sont que balivernes, l'or?g?ne de ces feux n'est pas encore véritablement expliquée. Ils sera?ent dus a un gaz contenant du méthane qui s'enflamme au contact de l'a?r.
Etrange ambiance de nuit ... On comprend aisément que ce site ai pu paraitre un tantinet démoniaque ...




C'est les vacances !

11:31 , 15/06/2009, Pamukkale .. 2 commentaires .. Lien
Mots clefs :


Après la Capadocce, ses cheminées de fées, ses v?lles souterraines et ses églises rupestres, nous voici a Pamukkale.

 


Les concret?ons de traversin dégringolent (dévalent) de la colline formant des bassins ou l'on peut se baigner. Le site est tout blanc, le c?el est bleu, les lauriers roses ... sont roses : tout est comme il se do?t !


Et pour finir le séjour avec les beaux-parents, nous prenons ... des vacances ! Et ou?, ?l va b?en falloir qu'on retourne travailler en juillet ! Le rythme est plutôt cool, peu de k?lometres pour Joly Jumper.


C'est la plage de Cirali qui nous accueille, et en ce début de période tour?st?que, nous y sommes b?en tranquilles.
Allez courage, votre tour arr?ve !!!
B?entot les vacances pour vous autre travailleurs .... b?entot le travail pour nous autres vacanciers au long cours : dans quel état d,esprit sommes nous ?
Vous le saurez dans les quelques derniers art?cles ...

PS :  notre ordinateur, nécessaire a la rédaction du blog, est définitivement en panne .. il est temps de rentrer !




Photo mystère

09:26 , 15/06/2009, Finike .. 2 commentaires .. Lien
Mots clefs :

 

Saur?ez-vous d?re ce qu? brule !?




Cappadoce

07:29 , 9/06/2009, Aksaray .. Publié dans Le coin des enfants .. 1 commentaires .. Lien
Mots clefs :

06 juin 2009 :

 

 

« Les villes souterraines », selon Lucie

 

            Nous sommes allés voir les villes souterraines. Surtout il ne fallait pas oublier les lampes. Nous avons commencé à descendre les escaliers infinis.

« Regardez, un souterrain ! Vite, on y va ! Qui veut venir ? Mamie, tu viens ?

-Oui. »

Notre groupe est entré dans le souterrain. J’étais devant et j’avançais doucement. Puis nous sommes arrivés dans un cul de sac. Nous avons vite fait demi-tour pour retrouver papi.

« Les villes souterraines ont été construites il y a 4000 ans. Elles ont été fabriquées pour accueillir les gens quand le village se faisait attaquer. Les gens pouvaient rester six mois à l’intérieur sans sortir, a dit maman. 

-         Un autre tunnel ! On peut y aller ? a demandé Bastien.

-         OK. »

Cette fois-ci, ce n’était pas un cul de sac.

J’ai demandé :

« Qu’est ce que c’est ce truc ?

-C’est une porte. C’est un disque de pierre de 20 cm d’épaisseur et de 1,30m de diamètre. » a répondu papa.

 

 

 

Nous avons continué.

« Nous arrivons enfin dans une salle, a dit Bastien soulagé.

-Non, regarde, ça continue, a dit mamie.

-Mais il fait 50 cm de hauteur ! On ne peut  pas passer, a dit papa.

- Tu as raison, dit mamie, rentrons. »

Ce qui était drôle, c’est que nous entendions papi dire « Dépêchez-vous ! J’en ai marre de marcher à quatre pattes ! »

Quand nous sommes enfin arrivés, papi a dit : « Enfin ! C’était long ! »

Nous avions fait au moins 200 mètres dans le tunnel. Une vraie aventure.

 

 

« Plus bas que terre » selon Bastien

 

            Cet après-midi, nous sommes allés voir des souterrains qui jadis servaient à se réfugier quand des ennemis attaquaient la ville. Il y avait huit étages de profondeur ! Donc tous les six (je dis « tous les six », car il y avait papi et mamie), nous sommes entrés dans le souterrain. Il fallait suivre les flèches qui indiquaient le chemin. Au début du  souterrain, il y avait plein de touristes. Mais bientôt les flèches nous ont indiqué un minuscule tunnel qui partait d’une grande salle. Quand je dis minuscule, c’était un tunnel qui faisait 80 cm de hauteur !!! (voir photos) Donc on marchait à quatre pattes. Heureusement il y avait des lumières accrochées au plafond. Puis nous avons débouché dans une autre salle qui servait à mettre le vin. De cette salle, un autre tunnel partait dans le noir. Comme nous étions aventuriers, nous avons quitté les flèches et les lumières, en laissant tous les touristes derrière nous. Enfin nous avons allumé nos lampes.

« Ce tunnel va bien, a  dit maman.

-         Oui, nous avons bien fait 200 mètres, a dit mamie. »

Papi, lui, nous attendait au début du mini souterrain.

 

 

 

Nous avons débouché encore dans une salle de quatre mètres carré. Pour rigoler, nous avons éteint nos lampes et nous avons crié de terreur comme si un  monstre arrivait. Encore  un autre tunnel débutait de cette pièce, mais impossible d’y passer, c’était trop petit, ça ne faisait même pas 50 cm de haut ! Donc nous sommes remontés pour retrouver papi. Mais cette balade était courte, nous avons été vite à la sortie.

De temps en temps, je l’avoue, c’était un peu effrayant.

 

 

 

 




Mes parents sont là !

04:27 , 5/06/2009, Kayseri .. 3 commentaires .. Lien
Mots clefs :


C'est au milieu de la nuit que l'avion de mes parents s'est posé en
Cappadoce.



Déballage de victuailles et cadeaux pour la dernière ligne droite vers
notre beau pays gourmand.


Dix jours ensemble, à travers la Cappadoce puis la côte méditerranéenne.






Coiffeurs

04:19 , 5/06/2009, Kayseri .. 1 commentaires .. Lien
Mots clefs :

3 juin 2009 :

Bastien se fait couper les cheveux ... que devant bien sûr !


Mais qu'est ce qu'il fait ?



Damned, il me brule les poils des oreilles !

PS : mes parents arrivent, il faut que je me fasse beau ...




Notre rendez-vous mensuel avec vous.

04:02 , 1/06/2009, Kayseri .. Publié dans Le coin des enfants .. 3 commentaires .. Lien
Mots clefs :

              

Vous souvenez vous du super calendrier-surprise qu’on nous a offert pour notre départ ? http://familleverney.uniterre.com/49591/MERCI.html.

Et bien voilà, nous venons d’ouvrir notre dernier cadeau. Chaque premier du mois a été attendu avec fébrilité et a fait l’objet d’un rituel bien établi. Tout d’abord, soirée crêpes pour fêter l’événement ; puis, ouverture solennelle de la petite boîte du mois, chacun notre tour pour ne pas faire de jaloux.

 Au cours de ces douze mois, nous avons découvert des petits mots amicaux, des photos, des dessins, des devinettes, des mini santons pour la crèche, des kits de travaux manuels, des bracelets … Chaque attention nous a touchés et ravis. Merci à tous, et plus particulièrement aux initiatrices de cette excellente idée.

 Mais bande de gourmandes, vous avez du sacrément en manger, des Smarties, pour avoir toutes ces boîtes !

Je vous livre le contenu d’une des boîtes, celle du mois de septembre. Manue, instit quand elle ne pouponne pas, avait lancé un défi aux enfants : « Vous devrez apprendre une des deux poésies proposées, et vous devrez écrire une poésie à la manière de celle que vous avez choisie ».

Les enfants ont choisi :

Les menteurs de Maurice Carème : 

- J’ai vu dans le soleil

Trois petits escargots

Qui suçaient des groseilles,

Assis sur un fagot. 

-Moi, j’ai vu dans la lune

Six petites fourmis

Se rouler dans les dunes,

Avec un masque gris. 

-Moi, j’ai vu dans le ciel

Neuf petites saucisses

Qui cuisinaient dans du miel,

Un paquet d’écrevisses 

-Et moi dans les étoiles,

J’ai vu un rat moqueur

Qui mettait à la voile

Pour crier : menteurs ! 

Voilà ce que les enfants en ont fait :

 -J’ai vu sur Jupiter

Un joli camping-car

Qui flottait sur la mer,

Avec ses voiles toutes noires. 

-Moi, j’ai vu sur Pluton

Une famille voyageuse

Qui jouait au ballon,

Avec des pierres précieuses. 

-Moi, j’ai vu sur Neptune

Les quatre compères Verney

Qui dévoraient des prunes,

Se régalaient de lait. 

-Et moi dans mon vaisseau,

J’ai vu des globes trotteurs

Qui tapaient au hublot

Pour crier : menteurs !  

                                                                                      




Ann?versa?res

10:05 , 30/05/2009, Kayseri .. Publié dans Le coin des enfants .. 5 commentaires .. Lien
Mots clefs :

Les ann?versa?res n´ont pas ete oubl?es !

Luc?e 8 ans le 29 ju?n,

et Bast?en  364 jours avant sa soeur ... 9 ans !

Vous noterez qu´on peut tres b?en fa?re un gateau au chocolat dans un camp?ng-car ...




Journée noire.

09:17 , 27/05/2009, Sanandaj .. 2 commentaires .. Lien
Mots clefs :

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas …

Pour commencer je me suis fait arnaquer comme une « bleue » par le vendeur de légumes … Rrr …. Je n’aime pas qu’on me prenne pour une andouille.

Puis Jean-Marc s’arrête devant un petit garage pour faire intervertir les pneus avant et arrières (question d’usure). Avec les deux crics du garagiste cela facilitera beaucoup le travail. C’est un gamin d’une douzaine d’années qui tient la boutique le temps de la sieste du patron. L’apprenti se jette sur ses crics et commence à lever Joly Jumper. Jean-Marc est obligé de calmer ses ardeurs et de l’aider. Mais d’un coup, CRAC, le cric craque ! Heureusement JJ avait retrouvé ses sabots et retombe donc sur ses pattes sans casse. Qu’à cela ne tienne, le gamin entreprend de répéter la manœuvre de l’autre côté. Mais le sort s’acharne, et CRAC le deuxième cric craque ! Joly Jumper retombe de nouveau sur ses pattes sans dommage. Le boss revient alors et c’est le drame face à ses deux crics hors d’usage. Il y en a un qui risque de devoir aller chercher un autre patron … Ne voulant pas nous éterniser dans une telle ambiance, nous reprenons la route. Il faut cependant trouver un deuxième garage pour finir le travail commencé. Nous démontons sans problème la roue avant mais pour l’arrière Hic ! une des vis de roue casse et reste coincée dans son logement. Les mécanos s’y mettent à deux, ils démontent, bricolent, soudent, graissent, tapent, rien y fait. La vis de roue est bel et bien coincée. Joly Jumper repart donc boiteux.

Mais le pire est à venir … Le soir je m’aperçois avec horreur et désolation que c’est le dernier, il y en a plus. Que vais-je devenir ? Les 52 cadavres sont là, épars au fond du coffre … et je n’ai plus rien à lire !

Juste pour vous rappeler, c’était l’année dernière …http://familleverney.uniterre.com/40191/La+biblioth%C3%A8que+de+voyage.html




Bivouac au Kurdistan

03:40 , 26/05/2009, Marīvān .. 0 commentaires .. Lien
Mots clefs :

C’est beau …

C’est très beau …

C’est très très beau … surtout sans voile !




L’hospitalité façon iranienne

09:51 , 25/05/2009, Khorramabad .. 4 commentaires .. Lien
Mots clefs :

24 mai 2009 : 

Que ce soit en ville ou dans les campagnes, en Iran, l’hospitalité n’est pas un vain mot.

Nous sommes restés stationnés trois jours dans le parc d’Ispahan. Dès le premier soir, le gardien du parking est venu taper à notre porte. « Hello ! my sir ? ». Il était 22 heures, nous étions couchés et comme nous pensions qu’il voulait nous faire déplacer le camion, nous avons fait la sourde oreille.

Deuxième soirée, même scénario : « Hello, my sir ! ». Les enfants dorment, nous nous apprêtions à faire de même ; ce qu’il a à nous dire pourra attendre demain. Nous ne répondons pas.

Troisième soirée : « My sir ? My sir ? ». Cette fois nous regardons par la fenêtre. Le gardien est entouré de toute sa famille. Ils sont installés sur une natte juste devant Jolly Jumper. Et d’un seul coup « TILT ! ». Mais bien sûr, c’est ça ! Ils veulent nous inviter à manger avec eux ! Et dire que depuis trois jours nous ne répondions même pas, assurés que nous étions que ces appels avaient forcément un objectif  « désagréable » pour nous…Cette fois nous montrons le bout de notre nez, et, aussitôt, nous nous retrouvons assis sur la natte, une assiette devant nous. Nous ne parlons pas le Farsi, ils ne connaissent que quelques rares mots d’anglais, mais l’envie de communiquer et de découvrir l’autre est la même des deux côtés et nous fait dépasser cet obstacle.

Certes, quand le frère du gardien sort une photo de l’Ayatollah Khomeiny pour la serrer sur son cœur, avec ou sans vocabulaire, nous ne savons que dire…Parfois, mieux vaut ne pas connaître les mots…

 

Hier, nous étions dans la montagne, sur une piste que nous avaient indiquée des voyageurs. Nous nous sommes arrêtés en contrebas de la piste, près d’une rivière. A une centaine de mètres, une tente.

Sitôt qu’il nous voit nous installer, le père de famille vient nous inviter. Nous  devons relever nos jambes de pantalon pour traverser la rivière glacée et leur rendre visite. C’est une famille de bergers : les parents et leurs six enfants sont installés là avec chèvres et moutons pour la saison estivale (2500m d’altitude).

Ils vivent sous une tente en laine, ouverte sur un côté. Le sol est recouvert de tapis, au fond des matelas et des couvertures attendent la nuit pour remplir leur fonction. Les poules et les chevreaux entrent et sortent à leur guise. Une bouilloire noire de suie repose sur un feu de bois juste devant la tente. Les enfants sont pauvrement habillés et marchent pieds nus. Mais tous veulent nous faire honneur. Ils nous offrent du thé, du pain frais, du yaourt et nous remplissent un sac de fromages.

Comme il est difficile d’accepter tous ces présents !  Nous avons l’impression de les démunir un peu plus, les produits laitiers semblant être leur unique source de revenus. Mais refuser les offenserait certainement.

 

En ville ou à la campagne, les Iraniens aiment offrir et partager, et voyager en Iran est de ce fait un vrai plaisir.




Reponse a la photo mystere

08:18 , 25/05/2009, Yazd .. 0 commentaires .. Lien
Mots clefs :

Il s,agit bien de ces fameuses tours du vent - badgirs- concues pour recevoir de l air frais dans la maison.

Ces tours ancetres, de la climatisation, recueillent le moindre souffle de vent qui se refroidit au dessus d'un bassin d'eau froide avant d'aller dans les differentes pieces.

 

L'air est moins froid qe celui d'un climatiseur, mais incontestablement plus sain !

 

Merci a tous votre participation et bravo aux deux Francoise !

 




Ispahan

10:45 , 23/05/2009, Ispahan .. 0 commentaires .. Lien
Mots clefs : ispahan

22 mai 2009 :

Ispahan, qu’un poète du XVIème siècle a qualifiée de « moitié du monde » nous a effectivement ébloui. La place de l’imam avec sa célèbre mosquée bleue et celle du cheikh Lotfollah, le palais Chahel Sotun et son parc, celui d’Ali Qapu, la mosquée Jameh, tout comme les nombreux ponts qui enjambent la Zayandeh, font d’Ispahan une ville d’une richesse architecturale et historique difficilement égalée.

Mais la ville moderne est aussi très agréable car parsemée de parcs verdoyants où les Iraniens viennent passer les soirées. Comme nous avons la chance d’être là du mercredi soir au samedi, nous « assistons » au week-end musulman (jeudi-vendredi). Dans le beau parc où nous sommes installés, des centaines d’Iraniens viennent camper. Chacun sort de sa R5 ou de sa Diane (si, si, ça existe encore !) une immense natte, des couvertures, des coussins, un réchaud à gaz, une bouilloire, des casseroles et bien sûr la tente pop up qu’on jette en l’air et qui est prête instantanément. Et voilà, le week-end peut commencer !

L’ambiance est à la détente. Les familles, les amis se retrouvent et pique-niquent dans l’herbe. Tous semblent prendre du bon temps entre une tasse de thé, une partie de cartes ou de volley ball. L’occasion d’échanger par excellence.

Les femmes m’accostent avec curiosité et plaisir (et c’est réciproque !)…à condition que Jean-Marc ne soit pas dans les parages.

Hommes ou femmes, leurs questions portent toujours sur la perception que nous avons de l’Iran. Que pensait-on de l’Iran avant d’y venir ? Qu’en pense t-on maintenant ? Quelle image les médias européens donnent-ils de leur pays ?  Ils se sentent vraiment comme le vilain petit canard face au monde et font tout pour nous faire changer d’avis. Et ma foi, les Iraniens se révèlent réellement charmants.

Mais certains « détails » nous sautent aux yeux et nous rappellent là où nous nous trouvons, et le fonctionnement de cette théocratie unique au monde.

Trois jeunes écoutent de la musique près de leur voiture. Mais ici, ça ne se fait pas ; pas en public en tous cas. Un homme plus âgé passe et les regarde de façon insistante. Ni une, ni deux, les jeunes éteignent la radio et s’en vont. Coïncidence ? Effet de notre imagination sous influence des médias européens ? Un groupe de Français  nous confirme qu’ils ont eu des injonctions de la police pour arrêter leur poste de radio alors qu’ils étaient seuls -apparemment- au beau milieu de la montagne. Alors que j’écris assise dans le parc, des jeunes sont venus discuter avec nous. L’un d’entre eux a un MP3, deux mollahs passent, il éteint subrepticement son lecteur et sort un chapelet. Sans commentaire.




L'or noir

10:39 , 23/05/2009, Yazd .. 2 commentaires .. Lien
Mots clefs :

19 mai 2009 :

Qu’est-ce qui est jaune pâle, qui coule à flot et dont le prix en France nous fait grincer des dents ? Le gas-oil bien sur !

            Cherchez l’erreur :

-         en France : 53 l. x 0,93         = 49,29 euros

-         en Iran      : 53 l. x 0,012 = 0,66 euros le plein !!!

C’est vraiment sympa de faire le plein de gas-oil en Iran. Je dirais même plus, un vrai plaisir.

Certes, les stations de carburant sont un peu difficiles à repérer au début. Ne pas s’arrêter aux « classiques » car elles ne servent que de l’essence. Repérez alors le long  de la route une longue file de camions, qui eux, ont besoin de ce précieux liquide.

Une fois la station repérée ne faites pas la queue : passez tout devant, style belle queue de poisson. Planté devant les camions il vous faut maintenant expliquer que vous n’avez pas la fameuse carte nécessaire au payement. Pas de problème. Le routier arrête alors son plein en cours, vous fait constater les chiffres au compteur de la pompe, vous sert. Il vous reste alors simplement a effectuer la soustraction et lui régler avec un grand sourire votre plein qui ne fera jamais plus de un euros. C’est pas le top, ça ?

 




Photos mystères

10:35 , 23/05/2009, Yazd .. 10 commentaires .. Lien
Mots clefs :

Sauriez-vous nous dire de quoi il s’agit ?




{ Page précédente } { Page 1 sur 11 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités







Rubriques

Infos pratiques
L itineraire prevu
Le camping car
Le coin des enfants
Les préparatifs
Nous contacter
Présentation

Derniers articles

C'est la fin .
Joly Jumper fatigue
Le roi est mort, vive le roi !
Une histoire de temps.
he ho ... eh oh ... ?

Menu

L'odyssée des Toqués
Les Chazel
http://mariejosee.zorrilla.free.fr
Chemins du monde
La tortue Sélène
La famille Roux autour du monde
Critiques littéraire
Famille Robin

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email